Media media media…

J’avais envisagé il y a peu d’écrire un post un peu plus léger, moins plombant que le dernier laissé ici.

J’avais envisagé de vous parler des voiles de brume, aux doigts roses – comme aurait dit le vieux conteur – le matin sur le fleuve, de ceux qui s’accrochent à la ville et aux phares des autos et qui s’entrelacent en mélangeant leurs couleurs…

Je voulais vous parler de ces aquarelles célestes, et des billes de rosée, des frissons givrés des arbres, des éclats de rire cristallins perçus d’une école avoisinante dans l’air si pur de ce jeune hiver.

J’avais pensé aussi vous donner à rêver des gens, de la vie, du bouillonnement des échanges, de la richesse du savoir commun, du flot linguistique, de l’unicité (oui, joli mot!) dans la diversité de l’humanité…

J’y viendrai une prochaine fois, c’est promis. Il ne faut pas s’interdire le beau. Jamais.

Simplement, il fallait que je m’arrête un moment aujourd’hui sur un drôle de truc. Qui d’ailleurs, en chat échaudé par mes anciennes fonctions d’enseignante ayant déjà longuement traité du sujet, n’aurait pas dû me surprendre outre mesure.

Mais tout de même.

Le dernier message abandonné ici par mes soins exprimait force inquiétude, et un rappel du fondement même de notre société.

Mue par les convictions énoncées, je suis donc allée, moi aussi et comme beaucoup, revendiquer, samedi 26 Janvier, le respect des principes fondateurs de notre pays (Liberté-Egalité-Fraternité), lors d’une marche provinciale en faveur du mariage pour tous.

Voulant suivre celle annoncée de plus grande ampleur, qui se déroulait le lendemain à Paris, quelle n’a pas été ma surprise de zapper de chaîne d’info en autre chaîne d’info sans jamais n’apercevoir que la foule acclamant l’arrivée d’un bateau aux Sables d’Olonne.

Aucun problème, les marins me font rêver.

Si ce n’est que c’était quand même vachement long, ces 3 heures de houle et de tangage.

Pas une image des manifestants.

Aucun problème, j’aime bien le Grand Bleu.

Si ce n’est que la bouille de François Gabart a remplacé celle, qui quinze jours avant faisait l’exclusivité, d’une quinquagénaire hirsute et folle-dingue professant un discours plus que douteux envers des masses inconscientes.

Pas une seule image, un seul mot relayé, des speechs qu’on aurait pu entendre hier.

Aucun problème, je suis patiente. Et je me dis que le lendemain, au matin, i-Télé corrigera son tir.

Ce matin donc, au réveil, i-Télé.

Une spéciale Vendée Globe (au cas où on aurait zappé les infos de la veille…), deux trois infos sur Tombouctou, et … Et???? Et????? Vous devinez pas qui, pour parler de la manif de la veille? La fameuse quinqua évoquée plus haut.

 

Je m’en retourne donc à France Inter, et abandonne les joies de l’image d’actu à la télé poubelle.

(Promis promis, la prochaine fois, des petits oiseaux, des arcs en ciel – si on y a encore droit – et des licornes!)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s