Les débats.

 

Dans une autre vie, j’enseignais à de futurs ingénieurs comment se poser des questions sur le monde, à « problématiser » leur environnement, et, pour ce faire, j’avais recours à des sessions de débats, pendant lesquels je composais arbitrairement deux groupes devant opposer des arguments sur un thème polémique.

 

Au-delà du fait que cet exercice m’a semblé très structurant pour la pensée de ces « post-bac », il a également été pour moi une formation à la réflexion du compromis, et à la volonté d’équilibre.

Il me semble en effet que c’est par deux principes fondamentaux que notre société, voire notre monde, peuvent évoluer positivement : la modération et la connaissance.

 

Par modération, j’entends que chaque point de vue extrême me semble impliquer une forme de violence. Et la violence est le recours de celui qui ne peut plus argumenter. Qui ne peut plus tolérer. Qui ne peut plus entendre, et participer. En se positionnant à l’extrême, la négociation se ferme. Et impose que le point de vue opposé soit alors également plus extrême, comme en miroir du premier. Le dialogue tend alors à se rompre.

Pour moi la modération n’est en aucun cas synonyme de lâcheté, de couardise ou d’incapacité décisionnelle. Au contraire. C’est une bataille que de rechercher l’équilibre, et il me semble tout aussi difficile d’opposer un argument modéré qu’un argument extrême à une assertion forte.

 

Par connaissance, j’entends que tout argument se doit de pouvoir être étayé par une base solide, et qu’il n’apporte rien au débat s’il sort tout droit de l’imagination individuelle, ou d’un cliché invérifiable. C’est le grand problème humain, que celui d’élaborer des thèses sans connaissances préalables, uniquement à partir d’une projection sans fondement.

 

Changement de gouvernement oblige, les débats, notamment à caractère social, sont pléthores depuis mai. Et souvent il est question de nous consulter, nous les français, lors de divers, variés, décousus ou très élaborés référendums.

Alors, pour ou contre le mariage LGBT ?

Pour ou contre l’adoption, et la PMA, pour les dits « LGBT » ?

Pour ou contre l’euthanasie ?

Et les OGM, vous en pensez quoi ?

Vous ne m’avez rien dit sur le traité européen, ni sur les intermittents du spectacle !

Quant aux logements sociaux, à la baisse ou l’augmentation des charges pour les entreprises, on aimerait bien avoir votre avis. Et si possible, penser, ou non, l’ouverture de salles de shoot, la dépénalisation du cannabis, le retour aux 39h00, et le droit de vote aux élections locales ouvert aux étrangers…

 

Je repense à mes élèves de 2004, lesquels cherchaient avec peine des sujets afin de débattre.

Les étudiants d’aujourd’hui ont la tâche facilitée !

Et, personnellement, je m’en réjouis.

 

Bien sûr, les sujets à réflexion sont bien nombreux, et sans doute sommes-nous un peu noyés sous la masse, mais ils offrent la possibilité à chacun de manier le problème évoqué, et nous permettent de nous conforter dans l’idée que nous vivons dans une société ouverte.

 

Ce qui, pour ma part, est une source de bonheur inextinguible !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s