Le pourquoi ou l’appartenance des mots

Question logique : pourquoi ce blog ?

Forcément, ça me questionne.

Qu’est-ce que l’écriture publique peut m’apporter, à moi ?

Sans doute, une forme de confrontation.

 

J’ai commencé à trouver quelques réponses en entendant celles de Marie Hélène Lafon à François Busnel, la semaine dernière dans Le Grand Entretien sur Inter.

Elle dit qu’écrire et publier, ça a en soi une dimension politique, que c’est une façon d’être au monde et de proposer à ceux qui nous lisent de la partager, ou de s’y frotter en tout cas.

 

La confrontation, je la saisis bien à présent.

 

C’est celle de l’égo, en tant que producteur auto-centré de mes écrits, et celle de l’autre, en tant que ce que je produis est d’une certaine manière offerte. Le fait de ne plus produire que pour soi mais publier, c’est permettre que ses mots soient réappropriés. C’est proposer cette chose – son texte à soi rien qu’à soi – à qui veut la faire sienne.

 

Ce bien commun que sont les mots que nous nous accaparons, privatisons, colonisons, faisons nôtre redevient en un certain sens l’appartenance de tous. Plutôt intéressante, comme proposition, non ?

 

Et puis, il y a l’utilité de ce lieu spécifique de création pour l’auteur. Il pourra servir d’ « atelier ». Où des portraits seront épinglés, sans doute quelques paysages, et puis des histoires, aussi… Un terreau qui pourrait, pourra, ou pas on verra, être fertile à une construction plus avancée.

 

Nous verrons bien.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s